Les Enfoirés font leur cinéma.

Vendredi 23 janvier, 5h30, après une nuit sans sommeil il faut se lever, le grand jour est arrivé !

Comme chaque année, début septembre, je reprends contact avec Alexis qui est mon contact avec Jean-Jacques Goldman. Je retarde toujours ce téléphone un peu anxieuse de la réponse, est-ce que le miracle va encore une fois pouvoir se réaliser ?

Une fois de plus je serai touchée par la gentillesse et la fidélité de Jean-Jacques et de son équipe, oui, il nous attend à Paris le samedi 24 janvier, 20 places sont à disposition de Courir...Ensemble.

Voilà pourquoi je n’ai pas dormi, partagée entre l’excitation de ce nouveau départ, consciente du privilège qui nous est accordé de vivre ce moment avec les enfants, et la tristesse de ne pas pouvoir emmener quelqu’un qui m’est très très cher mais dont l’état de santé lui interdit ce déplacement. Juste avant Noël, la maladie a de nouveau frappé là où on ne l’attendait pas et là où, à titre personnel, cela fait très mal. Durant tout le voyage et le concert je porterai en moi l’image de ces enfants pour qui les fêtes n’ont pas été celles de la joie et du bonheur et je veux leur donner rendez-vous l’année prochaine, ensemble aux Enfoirés.

JPEG -

J’ai également une pensée pour tous ceux qui ont participé à l’organisation du voyage mais qui resteront à Genève et spécialement à Roland et Vanessa. Claire et Didier nous accompagnent mais n’assisteront pas au concert, nous avons choisi d’emmener un maximum d’enfants et nous serons trois à les encadrer au concert. Le Docteur Hulya Ozsahin, Rémy Droz notre infirmier de choc et de charme et moi-même.

Arrivée à la gare après avoir acheté de quoi petit déjeuner dans le train, ils sont tous là, sourire aux lèvres malgré l’heure matinale.

Celui qui était encore hospitalisé il y a une heure est bien présent et c’est tellement inespéré que j’ai de la peine à le croire mais aucun doute, les yeux malicieux entre le bonnet et le masque sont bien ceux de mon hockeyeur du Val de Travers, Adrien.
Papa et maman sont là et je ne les ai jamais vu aussi radieux, du vrai bonheur et je suis touchée de leur confiance.

Je fais la connaissance de Schira et de sa grande soeur Hanna que je ne connais pas encore et je retrouve avec plaisir Emile qui arrive du Jura, ma Vanesa, fidèle partenaire, Alan et Soraya, Léo et Justin, Bastien qui sont déjà branchés sur 100’000 volts, Florian qui est spécialement rentré d’un camps de ski, Audrey qui elle n’est pas du tout réveillée, Cindy déjà très excitée, Estelle qui a incroyablement grandi et Adrien Palma qui me fait un grand plaisir en nous rejoignant pour ce voyage.

JPEG -

Elles sont là et je ne les ai pas vues depuis plusieurs mois, Marie et Camille, les grandes soeurs de notre petit Juju. C’est une vraie émotion de les emmener avec nous. J’ai tellement écouté le cd des Enfoirés avec Julien qu’il nous paraissait normal que ses soeurs nous accompagnent et souvent durant le concert, en les voyant chanter et danser je penserai à notre petit ange qui devait battre la mesure depuis son étoile là-haut.

Après avoir pris la traditionnelle photo du départ, il est temps de laisser les parents pour monter dans le train.

Très vite les contacts se créent, on ne se connait pas tous mais déjà les conversations vont bon train. Il y a juste Audrey qui a besoin d’un peu de temps pour « émerger ».

Je mets très vite tout le monde au travail.

Pour remercier Jean-Jacques j’ai réuni un soir chez moi une équipe de mamans, copines et amis pour mettre au point une petite animation. Nous avons choisi de faire fabriquer aux enfants des fleurs avec leur photo au milieu. Le thème de la soirée étant « Les Enfoirés font leur cinéma » donc nous avons créé un texte avec le vocabulaire du cinéma et Léo et Justin ont appris avec leur fifre le refrain du « Pouvoir des fleurs » de Laurent Voulzy.

Dans le train, chacun décore ses pétales avec application.

Arrivés à Paris, il pleut à verse et je suis un peu inquiète pour la suite du programme mais la météo sera avec nous puisque lorsque nous sortons de l’hôtel, il ne pleut plus.

JPEG -

Direction les Champs Elysées dans le car rouge qui nous attend. Mais d’abord il faut rassasier tout ce petit monde. Nous dînons aux Dragons Elysées, un restaurant asiatique dans lequel le plancher est un aquarium avec d’énormes poissons et des tortues.

Après le repas nous nous séparons en petits groupes pour un moment de shopping le long des Champs Elysées. Hulya emmène les filles chez Séphora pour tester les nouveautés. Hanna et Schira profitent de l’immensité du choix. Marie, Estelle, Camille et Soraya ne savent plus où regarder et essayent les fards à paupières. Qu’il est difficile de faire un choix.
Les garçons visitent Citroën et Virgin avant de tous nous retrouver pour rentrer à l’hôtel.

Juste le temps d’une douche et de nouveau nous sommes en route, direction la rue Mogador pour un repas italien avec des portions d’ogre qui ne font pas peur à Adrien qui d’heure en heure se révèle plein d’humour et avec une énergie que l’on ne soupçonnait pas. C’est ça l’effet « Enfoirés ».

Après le repas c’est le moment du spectacle, la comédie musicale « Le roi lion ». Un show magique et merveilleux mais ne demandez pas à Justin de vous le raconter, il s’est endormi......

JPEG -

Samedi, petit déjeuner, tout le monde a bien dormi, c’est le grand jour, le concert, la rencontre avec Jean-Jacques. Je temporise, je rappelle que normalement on doit le voir mais que c’est pas sûr sûr.....si j’avais su !

Mais avant cela, direction la Tour Eiffel. Il neige à Genève mais à Paris à part un ciel nuageux, tout se présente bien pour monter au sommet. Après les deux ascenseurs nous débouchons sur la passerelle mais certains resteront à l’intérieur, impressionnés par le vide. Vanessa est songeuse et je partage avec elle son émotion. Après 4 ans elle se retrouve au même endroit et elle mesure tout le chemin parcouru. Remplie de colère et de révolte à l’époque de notre premier voyage, elle est aujourd’hui consciente de son potentiel et construit son avenir professionnel. Quel parcours exemplaire dont j’ai le privilège d’être le témoin admiratif !

Déjà les estomacs crient famine et nous dînons sur un bateau mouche avant de voguer sur la Seine pour une croisière à la découverte de Paris. Je ne sais pas qui a créé les commentaires mais difficile de faire plus ennuyeux......

JPEG -

De retour à l’hôtel, juste le temps de présenter aux enfants l’animation du soir pour Jean-Jacques et de répéter la chanson qu’il faut partir, direction le Zénith.

Le moment de stress intense approche, est-ce que tout va jouer, est-ce que je n’ai rien oublié, est-ce que le numéro que je dois appeler est le bon ???? Porte 35, j’appelle Maya qui a remplacé notre ami Ben et avec qui le rendez-vous a été organisé, elle me répond, ouf !

Nous rentrons, attendus, et là le miracle se répète. Comme si nous nous étions quitté la veille. Cathy tout d’abord et sa gentillesse qui nous a préparé une réception digne d’un grand traiteur. Boissons, mignardises, chocolat, sandwichs.

D’autres enfants sont là représentant d’autres associations et ayant rendez-vous avec d’autres artistes.

Le premier à entrer dans la pièce est Michaël Jones, le fidèle complice de Jean-Jacques. Il s’assied à table avec les enfants mais je vois bien que la plupart ne savent pas qui il est.

Maxime Leforestier le rejoint, c’est la première fois que d’autres artistes viennent nous faire un petit bonjour et nous profitons d’immortaliser l’instant par une photo.

JPEG -

Il arrive par une porte latérale, juste descendu de son scooter, un ami que l’on vient de quitter, sa simplicité et sa gentillesse m’étonnent toujours. Les enfants sont excités et en même temps plein de respect. Nous nous installons pour notre petite production. Les jumeaux ne sont même pas intimidés et jouent leur partition, accompagnés par notre chorale et son ténor, j’ai nommé Adrien qui chante super fort. Je ne sais pas si je suis émue par le moment ou le fait de voir Adrien si heureux mais heureusement que je dois faire mille choses, les larmes seront pour plus tard.

Chaque enfant remet sa fleur à Jean-Jacques et Pascal Obispo arrive en faisant le clown. Un grand monsieur également qui ne comptera pas son temps pour tous les enfants présents.

JPEG -

En signant à chacun un autographe, Jean-Jacques me parle course à pied comme avec un pote d’entraînement. J’ai l’impression de me trouver dans une autre dimension. Après tant d’années je suis complètement retournée par ce que je vis avec les enfants.

Mais déjà une silhouette que je connais bien passe la porte, Garou. Il s’est souvenu du rendez-vous que je lui ai donné lors du concert de Lorie et il vient saluer les petits genevois. Encore un qui m’a donné des frissons. Mais pas qu’à moi, Cindy est rouge tomate et tient à peine sur ses jambes. Un bisou de Garou, émotion garantie.

Elle a tellement changé que beaucoup ne vont pas la reconnaître, Alizée est là, c’est maintenant une splendide jeune femme, gentille et presque timide qui pose avec notre groupe.

JPEG -

Mimi Mathy entre à son tour, on est tous pris par le flot de surprises, Rémy film du mieux qu’il peut, partout il se passe quelque chose. Avec beaucoup de diplomatie, pour la photo, les artistes se placent à côté de Schira dans son fauteuil. Elle est la star au côté de Nolwenn et Jennifer.

Un qui n’en perd pas une c’est Adrien Palma qui va poser avec Jenifer. Quelle photo ! A rendre jalous tous les copains !

JPEG -

Tout s’est passé trop vite, déjà il faut se séparer et aller prendre place pour le concert. Nous sommes installés aux meilleures places. Le temps de croquer un sandwich et déjà le concert commence.

Quatre heures de musique, de chansons, de rires, de bonheur. Comment décrire ce que je ressens en voyant Schira qui connaît toutes les paroles, Adrien qui a de l’énergie à revendre, impensable il y a encore quelques jours,

Marie et Camille heureuses de participer à la fête, Vanesa ma complice et amateur de rock, Cindy qui ne réalise pas que le Garou qui chante lui a fait la bise une heure avant. C’est magique et je voudrais tellement que vous puissiez, vous qui, grâce à votre soutien, avez rendu ces petits miracles possibles, ressentir ce bonheur immense qui vous envahit et vous donne des tonnes de forces pour continuer la route pour ces enfants merveilleux et également pour rendre hommage à ceux qui sont présents dans nos coeurs et que l’on oubliera pas.

Les lumières se rallument, nous sommes heureux, conscients d’avoir partagé un moment rare et précieux.

JPEG -

Schira et Adrien retrouvent les bras musclés des agents de sécurité qui vont doucement les porter jusqu’à leurs fauteuils avec beaucoup de gentillesse.

Dans le car, chacun refait le concert cherche à se rappeler qui est venu nous voir et c’est fatigué mais comblé que tout le monde s’endormira vite. (n’est-ce pas les filles ? )

JPEG -

Dimanche matin, après un solide petit déjeuner, direction le musée Grévin. La visite ludique intéresse tout le monde et nous nous retrouvons au Hard Rock Café pour partager notre dernier repas.

Certains ressentent la fatigue de ce week-end de folie mais l’ambiance est aux rires et aux blagues.

Arrivés à la gare, nous apprenons que notre train est retardé. Nous patientons au Train Bleu devant une boisson et c’est après une heure trente d’attente que nous quitterons Paris. Dans le train tout le monde discute et Adrien me fera même rire aux larmes lors de notre arrêt à Bellegarde.......

Déjà nous arrivons, nous retrouvons les parents et il faut se séparer. Mes enfants à moi sont là et ça me fait du bien de les voir. Des tas de bisous et je me retrouve chez moi, au calme.

Encore un voyage inoubliable qui j’en suis sûre donnera des forces à tous ceux qui ont eu le privilège de le vivre.

Un merci du fond du coeur à vous qui avez permis tout ce bonheur, toute cette joie avec une mention toute particulière à Jean-Jacques, au comité de Courir...Ensemble, au Docteur Hulya Ozsahin, à Rémy, à Céline, à toute l’équipe qui m’a aidé à préparer l’animation pour JJG, à vous les parents et spécialement à ceux qui nous confiaient leur enfants pour la première fois et à vous les enfants, les plus jeunes et les ados pour votre enthousiasme et votre façon de mordre la vie vous qui en connaissez la valeur et le prix.



Carole