2002-2012 La Course de l’Escalade

2002, ma première course, l’Escalade pour Tiffany, entre bonheur, colère et tristesse mais, je ne le savais pas encore, le début d’une aventure qui allait changer ma vie.

2012, dix ans de course, sur route d’abord, puis la découverte du trail et des longues, puis très longues distances, mais une vraie tendresse pour la course de l’Escalade et envie de participer à l’édition 2012, petit clin d’oeil à Tiffy et à toutes les rencontres inoubliables faites durant ces 10 ans.

Le seul souci c’est que je suis en période de récupération de la Diagonale des Fous, donc impossible de participer à la course. Je décide donc de m’engager en tant que bénévole et de mobiliser la grande famille de Courir...Ensemble pour aider l’organisation qui doit trouver 1000 volontaires pour cette édition anniversaire.

C’est une bonne quarantaine de personnes qui ont répondu à mon appel, beaucoup d’adolescents pour la gestion des sacs des coureurs du vendredi, malgré le froid, d’autres ont préparé les prix souvenirs ou encadrés les enfants le samedi matin. A tous je voudrais dire un immense merci, votre engagement m’a profondément touché et j’espère que vous avez eu autant de plaisir que moi à voir la course du côté des bénévoles.

JPEG -

J’ai remis les prix souvenirs aux coureurs, plus de 5000 !!! du vendredi soir dans une magnifique ambiance. Vraiment merci à tous les participants pour leur gentillesse et leur patience lorsque nous étions un peu débordés. Il n’y a, bizarrement, que les 50 premiers qui ont traversé la tente sans un regard, sans un merci ..... tous les autres, marcheurs, coureurs, ont été souriants et chaleureux.

Samedi matin, je suis affectée à l’accompagnement des catégories enfants. J’arrive donc au départ avec Morgane, Sébastien et Stéphane qui n’a pas remis sa magnifique tenue de la course du Duc, un Télétubbies !!!!

JPEG -
Que dire ???

L’organisation est super efficace et nous sommes répartis en quatre groupes. Notre mission, gérer les courses, les chutes et aider les plus lents.
Je me retrouve avec Seb à accompagner les garçons, de 6 à 13 ans.
Petit crainte, comment est-ce que je vais arriver à suivre ???

JPEG -

Premier départ, plus de 600 concurrents âgés de 6 ans qui s’élancent comme des bombes, je gère au mieux, en ramasse quelques uns qui se relèvent et repartent sans bobo tout en tenant par la main en petit bonhomme pas vraiment heureux de se trouver là et qui pleurait déjà à chaudes larmes avant le départ. Dur dur la pression parentale.....

JPEG -

Première course terminée, je remonte et je repars pour la catégorie suivante. Je terminerai, une chaussure à la main qui retrouvera son propriétaire après la ligne d’arrivée.

Je bavarde avec les coureurs que j’accompagne et je peux me rendre compte du travail exceptionnel fait par les différentes écoles qui entraînent des enfants qui, autrement, n’auraient jamais participé à la course mais qui sont heureux de se dépasser malgré des soucis de poids.

Je garderai en mémoire leur volonté et leur courage, boostés par les encouragements nourris du public.

A tout anniversaire un cadeau, le mien je l’ai reçu lors de la dernière course avec des ados de 12 et 13 ans. Ils sont déjà moins nombreux mais ils avancent comme des gazelles et rapidement je me retrouve à la hauteur d’un ado qui court doucement mais à un rythme régulier. Il me demande si je veux bien faire la course avec lui, se presente, il s’appelle Alexis et je remarque qu’il est différent. Alexis est trisomique mais son sourire illumine son visage et je me dis que je vais certainement vivre une dernière course inoubliable. Je ne sais pas encore à quel point ce petit gars va me bouleverser.

Nous avançons tranquillement à l’approche de la première montée et il me prend le bras. Le public l’applaudit, je lui dit qu’il est une star, il lève le bras en criant :Je suis Alexis la star ! Je craque et je me dis qu’il ne pouvait pas y avoir de plus beau symbole de mon engagement pour les enfants que cette course avec Alexis. Je pense à Tiffy, à sa maman Maguy qui a tenu, elle aussi à participer à cette journeé et qui prépare les prix souvenirs à l’arrivée.

Nous continuons notre chemin, Alexis toujours à son rythme, j’ai envie de l’amener à l’arrivée sans marcher mais le parcours est difficile, il fait le grand tour, 2.3km avec des montées, des relances et des pavés. Sur toute la partie derrière la vieille ville où il n’y a que très peu de public je fais l’ambiance pour les coureurs, je chante, je les encourage, leur parle de Bolt, des champions, les encourage à respirer, à se détendre, sollicite chaque spectateur à applaudir ces coureurs pour que cette journée soit une fête pour chacun d’eux.

Nous arrivons en vue du Bourg de Four, le public est là, Alexis répond aux encouragements, salue la foule, rigole, il irradie de joie, garde son rythme de course, ne faiblit pas. Les pavés de la cathédrale sont redoutables, deux montées difficiles sans spectateurs mais rien n’effraie mon héro du jour. On la mange cette terrible dernière montée. Ensuite la descente, la place Neuve est noire de monde, Alexis est littéralement ovationné par le public. Je reste attentive aux rails de tram à éviter.

L’entrée dans le parc des Bastions, la dernière ligne droite, je voudrais prolonger la course, refaire un tour mais Alexis ne serait sans doute pas d’accord, il jette ses dernières forces dans un srint de folie et termine les deux bras levés sans jamais avoir marché !!!!

Moi je n’en mène pas large derrière, entre joie immense et larmes. Quel cadeau !!!!

Je tiens à ce que Maguy remette son prix à Alexis, pas besoin de mots entre nous, l’émotion nous empêchant toutes les deux d’en dire beaucoup.

JPEG -

Après un bon verre d’eau, direction le village des enfants où Alexis retrouve sa maman, très èmue et fière de son fils. L’histoire pourrait s’arrêter là mais dans la tente où nous rendons nos chasubles de bénévoles, Morgane salue son professeur de gym......le papa d’Alexis !

Alexis, j’espère que tu pourras lire ces lignes qui te diront, mieux que je n’ai pu le faire samedi tant l’émotion était grande, combien tu m’as impressionnée par ton courage et ton bonheur immense d’être là et de participer à cette fête.

Crois-moi, je penserai longtemps à toi, parce que tu m’as fait vivre un inoubliable 10ème anniversaire et surtout parce tu es un grand champion et que ton sourire m’accompagnera dans mes prochaines aventures.

J’espère que nos routes se croiseront encore et je te souhaite le meilleur, tu le mérites tellement !!!

Je t’embrasse très fort ainsi que tous les formidables bénévoles de Courir...Ensemble qui ont répondu présent et ceux qui ont couru avec le maillot jaune.

Un dernier clin d’oeil à Jean-Louis Bottani et toute son équipe qui ont eu la lumineuse idée il y a déjà 35 ans de créer cette course à nulle autre pareille qui apporte tant de bonheur à tous ceux qui ont la chance et le privilège d’y participer soit en tant que coureur mais aussi en tant que bénévole. Longue route à eux et merci du fond du coeur.

Après une telle journée, je repars pour 10 ans, et rendez-vous en 2013, Alexis a rempli mon réservoir de motivation à ras bord.

JPEG -



Carole