Canada 2015, épisode 10, Essipit

28 juillet, Mal Baie

Après une journée consacrée à l ours, j’ ai trouvé un semblant de wi fii pour reprendre le récit de la journée d hier, interrompu par des soucis techniques.

27 juillet, Essipit

Au réveil une très mauvaise surprise, la météo est exécrable, il pleut des cordes et la visibilité est quasi nulle.

Je suis triste car depuis deux ans j’imagine ce moment et je m’en étais fait une fête.

Nous prenons tout de même la direction de notre embarquement en kayak mais même la bonne humeur de l’équipe encadrante ne réussi pas à détendre l’atmosphère et la décision tombe rapidement, impossible de prendre la mer, d’autant plus que l’orage gronde.

C’est dans ces moments que la qualité des encadrants se révèle et Slye va nous modifier le programme de la journée en quelques minutes.

Nous nous rendons à Tadoussac pour visiter le centre d’observation des baleines. Après une projection impressionnante nous prenons notre première leçon de chant de baleine et nous obtenons tous notre diplôme.

JPEG -
Nous apprenons le chant des baleines

Nous sommes prêts pour aller observer de plus près ces animaux fascinants.

Après un bon repas nous arrivons à la réserve de Saugenay Saint-Laurent et la grande nouvelle de la journée bruisse dans tout le parc.

La star des baleines a été aperçue ce matin pour la première fois de l’année 2015. La baleine bleue est tout près de nous.

Nous tentons de la voir depuis le rivage mais la brume est de nouveau présente bien que la pluie ait cessé mais rien, pas le moindre cétacé en vue.

A la place du kayak, Slye a réussi en collaboration avec notre agence à nous obtenir des places pour l’après-midi dans des zodiacs et c’est tout excités que nous revêtons de splendides tenues de pêcheur qui flattent nos silhouettes.

JPEG -
Tenues d’observateurs de baleines

Les zodiacs étant trop petits pour accueillir tout notre groupe, nous nous séparons en deux.

A partir de maintenant je vais partager ce qui s’est passé sur mon bateau. A peine embarqués, notre pilote Yan annonce la couleur, la baleine bleue a été aperçue il y a dix minutes et il veut la voir absolument. En quelques secondes il nous a communiqué sa passion et c’est ultra motivés que nous scrutons la mer et l’horizon.

C’est tout un groupe de phoques qui nous accueillent à peine sortis du port et nous nous amusons de leurs têtes qui sortent de l’eau et replongent.

En communication radio avec ses collègues, Yan prend la direction du large et après quelques minutes de patience le miracle se produit, elle est là, juste devant nous, le plus gros mammifère existant, 25 mètres de long.

Nous avons tous conscience de vivre un moment magique et hors du temps.

Parce que cette journée devait être particulière ce n’est pas moins de 12 fois que nous apercevrons le jet ou le dos de la star des mers.

J’ai gardé mes lunettes de soleil et j’essaie de masquer mon émotion mais il n’y a pas que mes yeux qui sont humides, notre zodiac est silencieux, tout le monde profite de la magie de l’instant, les plus jeunes comme les grands.

Destin, hasard, chance, appelez cette rencontre improbable comme vous voulez mais au fond de mon cœur je sais que mes étoiles nous ont fait un signe et je suis partagée entre cette émotion extrême de vivre un tel moment et la colère de ne pas pouvoir le partager avec celles qui sont loin de nous mais si proches parfois.

Malheureusement il faut prendre le chemin du retour mais il était écrit que cette journée serait inoubliable et celui que nous voulions également apercevoir arrive avec quelques uns de ses comparses, les belugas se détachent au loin, leur couleur blanche brillant avec les derniers rayons du soleil, c’est d’une beauté difficile à décrire. Nous nous approchons pour graver à jamais ces instants dans nos cœurs.

Nous savons que le bateau du reste du groupe a également vu la baleine bleue, mon bonheur est complet.

A peine accostés, nous fêtons notre pilote comme il se doit et les enfants font le compte de tous les cétacés aperçus.

JPEG -
Avec notre super pilote Yan

Les yeux brillent et j’aurais aimé que toutes les personnes qui nous ont permis de vivre cette journée puissent partager la joie des enfants, je pense aux familles mais également à tous ceux qui font exister Courir...Ensemble et à tout le service d’onco hématologie des HUG.

Hier, les rêves des enfants ont résonné du chant des baleines et je sais que jamais ils n’oublieront cette journée et nous non plus.

Merci à vous qui avez rendu ce moment possible.



Carole