Notre joëlette au pays de Mickey !

Stéphane ayant découvert que Disneyland Paris accueillerait la première édition de son semi marathon, nous avons décidé d’obtenir le feu vert de l’organisation pour y emmener nos capitaines et notre joëlette.

Nous ne nous imaginions pas encore les heures passées derrière nos ordinateurs pour réussir à réserver nos dossards, notre hébergement, boucler notre dossier et remplir toutes les autorisations et décharges nécessaires. Un vrai marathon de paperasse !

Nous n’avons pas lâché l’affaire, convaincus tous les deux que les enfants vivraient une expérience magique.

Ayant réuni une équipe réduite de coureurs mais tous ultra motivés nous nous sommes retrouvés avec nos quatre capitaines dans le train, direction Marne-la-Vallée.

Pour la première fois, Noah peut partir avec nous et ne pas regarder ses frères depuis le quai ou le hall d’aéroport. Il est accompagné de Julien, son frère, de notre Zozo et d’Elodie.

JPEG -


JPEG -
Enzo, toujours le sourire


JPEG -
Notre princesse Elodie

C’est à la nuit tombée que nous arrivons dans notre hôtel situé à l’entrée du parc, le New-York.

Après une bonne nuit de sommeil les estomacs affamés se remplissent autour du buffet du petit déjeuner avant de découvrir les attractions et le monde magique de Mickey.

Pour Stéphane, c’est opération retrait des dossards et pour moi, obtention des pass qui nous permettront durant toute la journée de ne jamais faire de file d’attente. Quel confort !

C’est parti pour les attractions les plus folles sous le soleil et dans une ambiance de fête.

JPEG -

Impossible de ne pas repenser à cette journée du mois de janvier avec mon Titi et Léandro. Ils me manquent beaucoup mais j’ai plusieurs fois eu l’impression qu’ils étaient tout près de moi. Passage en quelques secondes de la nostalgie à la chaleur de leur présence.

Mais l’énergie de nos capitaines a vite fait de me recentrer sur le moment présent et, après une pause bien méritée, nous reprenons notre marathon des attractions.

Le temps passant très vite quand on s’amuse, nous terminons la journée par le traditionnel moment de shopping les enfants ayant bien de la peine à faire leur choix devant l’immensité des rayons.

Nos deux coureurs locaux, Jeff et Nico nous rejoignent pour partager notre repas avant de regagner nos chambres pour une très courte nuit de sommeil.

L’organisation étant restée étrangement discrète sur certains points importants, ce n’est qu’il y a quelques semaines que nous avons appris que le départ de la course était fixé à 7 heures du matin, soit quand le parc est fermé. Premier élément d’une très, trop longue suite de « détails » qui vont révéler le côté mercantile de l’organisation.

Autre point que nous avons découvert le jour de notre arrivée, le parcours. Nous partions pour une course à l’intérieur du parc, dans la magie de Disney comme la communication le présentait. Quelle désillusion lorsque nous nous sommes rendus compte que nous ne passerions que 5km dans le parc avant de « découvrir » les charmes des alentours de Marne-la-Vallée. A part quelques orchestres disséminés sur le tracé, personne....nous étions bien loin de l’ambiance promise.
Cerise sur le gâteau, nous avions prévu de changer nos capitaines tous les 5 kilomètres mais impossible de les emmener si loin dans la campagne sans voiture.

Nous avons donc privilégié notre plus jeune sportif, Noah, juste sorti de l’hôpital mais à 6h du matin, impossible de le réveiller. Il a ouvert un oeil pour nous dire qu’il ne voulait pas faire de « charette », Enzo a donc débuté la course.

C’est dans la nuit que nous avons rejoint le départ, accueillis avec les autres joëlettes par un staff très disponible. Il avait été convenu que nous partirions au début de la course, 1’30’’ avant les coureurs.
Malheureusement, 5 minutes avant le départ, une bénévole nous a emmené tout au fond du dernier bloc de départ sans autre explication.
Le décor était magnifique, immense arche de départ, musique, show à l’américaine mais le côté technique n’a pas suivi....
Nous avons attendu 1h10 que le départ puisse enfin être donné. Heureusement il ne pleuvait pas et la température était relativement clémente mais quel manque de professionnalisme.

Quand enfin nous avons pu passer la ligne de départ nous avons vécu le meilleur de la course durant les 5 premiers kilomètres en traversant le parc mais très vite surpris par l’ambiance autour de nous. Dès le second kilomètre, de nombreux coureurs marchant, faisant la queue pour une photo près des personnages répartis le long du parcours et, plus étonnant encore, près de panneaux qui indiquent tous les kilomètres.


Partant en toute fin de peloton, nous commençons une interminable partie de pac-man, rattrapant pas loin de 2500 coureurs. Le point positif est que nous avons revu nos bases d’anglais. En effet, 80% des coureurs sont américains et sont venus pour participer à un événement ludique mais en aucun cas pour une course. Nous sommes plus dans un cortège déguisé que dans un peloton de semi marathon.


Enzo s’est rapidement transformé en klaxon géant pour essayer de faciliter notre passage, les américains comprenant plus facilement les « pilou pilou » d’Enzo que nos « please ».


A titre personnel, après les 5 premiers kilomètres, j’ai trouvé fastidieux et usant de craindre à chaque pas de blesser quelqu’un et je n’avais qu’une hâte, retrouver le parc en imaginant une arrivée digne de Disneyland. Nouvelle déception, après avoir traversé le Disney Village, nous ressortons du parc pour le dernier kilomètre, longeant les parkings et les bâtiments annexes avant l’arrivée située sur une immense zone bétonnée, isolée des spectateurs. Sont présents juste après la ligne, Mickey, Minnie et Donald mais une bénévole nous interdira de faire des photos.....

Ce qui m’a vraiment rassuré c’est le sourire de Noah, Elodie et Julien qui nous attendaient juste avant la ligne, coachés par Fanny et qui ont passé un moment génial à reconnaître les déguisements et encourager les coureurs qui n’étaient pas focalisés sur leur chronomètre et ont pris le temps de taper les mains des enfants en criant « high five buddy », de leur faire des « hughs » et de faire des photos avec eux.


Au 19ème kilomètre, Enzo quittera la joëlette pour courir avec nous. L’entraînement de La Diag des Etoiles a payé mais c’est avec beaucoup de volonté qu’il courra sans relâcher son effort jusqu’à la ligne d’arrivée. C’est Noah qui prendra sa place dans « la charette » pour les derniers kilomètres et Elodie qui terminera avec nous au sprint, méritant l’immense médaille qui leur sera remise.


Heureux de nous retrouver, il est temps pour les coureurs de prendre leur douche et pour les enfants de retourner dans le parc pour profiter des attractions avant la pluie.

C’est sous une pluie battante que nous avons regagné la gare pour le train du retour après un week-end dont je ne retiendrai pas l’aspect sportif mais les sourires des petits et des grands et la magie de partager des moments d’exception.

Nous n’y reviendrons peut-être pas avec notre joëlette mais d’autres projets sportifs et ludiques devraient agrémenter notre calendrier 2017.

Je tiens à remercier Stéphane pour la gestion des coureurs et ma superbe équipe en jaune, Alicia, Jovan, Vincent, Jeff et Nico ainsi que toute ma famille pour l’encadrement des enfants.

A très bientôt pour d’autres aventures bien sportives puisque nous seront dimanche sur les routes bien « pentues » entre Morat et Fribourg.



Carole