Des notes pour la Fondation Cansearch

Pour sa troisième édition, la soirée de la Fondation Cansearch a dévoilé son hymne, composé par Nicolas Fraissinet : « Je veux du temps »

Ses interprètes, les enfants du service d’oncologie que j’ai eu le privilège d’accompagner dans l’enregistrement et la préparation de leur production sur la scène de l’Aréna.

C’est à chaque fois un plaisir renouvelé de travailler avec eux et de les amener sur un terrain qu’ils ne connaissent pas, celui de la musique et du chant.

Agés de 7 à 17 ans, garcons et filles, chacun a donné le meilleur de sa voix et le résultat est tout à fait étonnant.

Nous nous sommes retrouvés jeudi pour le grand soir, mais avant l’arrivée des convives, il est temps de répéter avec Cali qui nous fait l’amitié de chanter « C’est quand le bonheur ? » avec les enfants.

Passé le premier moment de gêne, l’artiste a su mettre ses choristes à l’aise et sa générosité a conquis tout le monde.

Mon challenge du jour est simple : réussir à ce que les enfants transmettent leur naturel, leur fraîcheur et aient l’air détendu devant un public de 850 personnes. La tache n’était pas simple mais je savais qu’ils en étaient capables et je n’ai pas été déçue.

La Fondation Cansearch a très bien fait les choses et nous sommes reçus dans les loges de l’Aréna comme des stars.

Les estomacs de nos chanteurs et de leurs parents ne sont pas oubliés et c’est dans une ambiance détendue que nous partageons le repas avant notre entrée sur scène.

Pour éviter les tâches de bolognaise, ce n’est qu’après le repas que les enfants revêtiront les t-shirts spécialement réalisés pour cette soirée. Quelques photos avec les personnalités présentes et notamment avec Stan Wawrinka et il est temps de monter sur scène.

Les enfants ont souhaité écouter le discours de Marc Ansari et c’est depuis les coulisses que nous partageons son émotion et la pertinence de ses paroles.

Plus le temps de réfléchir, il faut y aller.

« Je veux du temps » résonne dans la salle. Cri du coeur d’enfants rejoints par leurs parents à la fin de la chanson. Un symbole auquel je tiens.

Accroupie devant la scène, je reçois en plein coeur les sourires et la générosité de ces enfants qui, une fois encore, me touchent et dont le naturel m’époustoufle.

Une très longue standing ovation prolongera l’émotion de ce moment de partage si particulier entre le public et nos enfants.

Cali les rejoint sur scène pour la seconde chanson. L’artiste partage ses refrains avec chaque enfant et c’est un immense bonheur de les voir heureux sur scène.

Très vite, trop vite, il faut rendre la scène à d’autres musiciens mais la magie que les enfants ont apportée à cette soirée durera bien après leurs chansons.

Je voudrais remercier très sincèrement tous les enfants et toutes les familles qui ont accepté de consacrer du temps à ce projet et on uni leur voix pour que la Fondation Cansearch ait un hymne qui l’accompagne durant de longues années.

Merci à nos choristes pour leur enthousiasme et leur joie de vivre. Ils sont nos meilleurs « pansements » quand la maladie est injuste et cruelle.



Carole