Journée magique sur l’Ecotrail de Genève

Samedi fût une journée particulière et magique pour toutes celles et ceux qui ont partagé notre première expérience sur les 18km de l’Ecotrail de Genève.

Stéphane, un des organisateurs a été un des premiers soutiens de Courir...Ensemble lorsque nous vendions des stylos pour financer nos projets. Un trail à Genève, l’idée a séduit notre équipe et sa course fût mise à notre programme.

Pour éviter des mauvaises surprises le jour J, Vincent et Dimitri ont reconnu les 14 premiers kilomètres et ont étudié comment éviter un passage particulièrement étroit qui aurait été compliqué avec les joëlettes. J’ai quant à moi reconnu la fin du parcours le long de la voie verte et dans les parcs du bord du lac.

Pour le choix de nos capitaines, cela faisait longtemps que je voulais proposer à Alexia de prendre place dans la joëlette, elle qui aime tellement notre sortie circuit. C’était un coup de poker, elle pouvait dire oui, comme refuser au dernier moment mais j’avais prévu mon « joker » préféré, Jayson.
Grande première pour Anthony, 5 ans et Timéo qui aura la chance d’être accompagné par Damien, son papa.

Nous nous retrouvons pour le départ, sous un soleil déjà bien présent, au centre sportif de Vessy. Crème solaire, bouteilles d’eau et casquettes seront nos accessoires pour un départ à midi.

C’est Anthony qui prendre la départ pour les 9 premiers kilomètres.Choix stratégique car tous les moments de portage sont dans la première moitié de la course. Nous prenons la pose pour la photo et je comprends qu’Alexia refuse tout net de s’asseoir dans la joëlette. Aucun souci, Jayson, qui avait commencé à croquer dans un gros sandwich, lâche tout et se prépare. Il n’attendait que ça.

Le départ sera très bien géré par l’organisation, nous partons en mini vagues pour ne pas créer d’embouteillage sur les chemins très étroits dans les bois. Nous nous plaçons à l’arrière de la course pour ne pas gêner les autres coureurs.

JPEG - 117 ko
Anthony déclenche le chronomètre

C’est parti ! Mention toute particulière à Philippe qui a revêtu un costume de Superman, magnifique mais tellement chaud ! Vincent sera notre Charly pour le plus grand bonheur de nos capitaines.

Nous partons tranquillement dans les bois, à l’ombre. L’ambiance est au top, beaucoup de nos coureurs découvrent ces chemins que pour ma part je connais bien, m’étant entraînée souvent depuis le stade du Bout du Monde.

Chaque course nous apprend à mieux gérer ce que ressentent les enfants et si nous ne prêtons pas d’attention aux arbres, Anthony me dira rapidement : « Je veux plus faire ». Je comprends qu’il a peur des branches et c’est Sandrine, qui est plus à l’aise que moi, qui va le rassurer et lui expliquer ce qui l’entoure. Après quelques minutes, il se détend et nous demande de dépasser l’autre joëlette pour qu’il soit devant. Le sourire ne quittera plus son visage pour notre plus grand plaisir.

Jayson lui, a la « banane ». Chaque course est une fête et Bruno, son papa, me confiait à quel point ces rendez-vous étaient importants pour lui, pour eux.

Nous avançons bien, toujours protégé du soleil par les bois. Le parcours est magnifique et les bénévoles au top.

Nos valeureux coureurs se jouent de tous les obstacles, soulevant les joëlettes à chaque barrière. Vient le moment de nous détourner du parcours officiel, heureusement que nos éclaireurs avaient bien repérés les lieux. Nous ferons quelques centaines de mètres supplémentaires mais la sécurité de nos passagers n’a pas de prix.

Nous arrivons à la mi-course et, pour notre plus grand plaisir, je remarque très vite Alexia, le casque sur la tête et ses nouvelles baskets aux pieds. Sa maman m’explique que dès notre départ elle a montré son casque et se tenait prête à prendre le relais. Quelle joie de la voir si heureuse ! Yes, le pari était osé mais je suis tellement contente !

Cela fait longtemps que je n’avais pas pris de dossard mais je tenais à accompagner mes trois nouveaux capitaines et j’appréhendais de ralentir notre équipage. J’arrive au ravitaillement un peu entamée et je connais la fin en plein soleil, je crains la suite. En écrivant ce récit, je suis certaine que de savoir Alexia avec nous m’a donné des ailes jusqu’à la ligne d’arrivée.

Timéo est tout aussi enthousiaste et il va former avec notre Moïse, un duo énergique jusqu’au bout de la course. Il partage sa joie et ça fait plaisir.

Après le ravitaillement, nous sortons de l’ombre de la forêt pour nous retrouver sur le seule partie du parcours moins sympathique. Nous sommes sur le béton dans un quartier de villas mais avec de la circulation. Nous regrettons déjà le début de la course. Heureusement, nous prenons assez vite la voie verte et même si nous sommes en plein soleil, au moins il n’y a plus de voiture et ça descends légèrement.

Après un crochet par Frontenex, nous entrons dans le parc de la Grange puis dans le parc des Eaux-Vives. Le décor est magique et nous prenons même le temps de faire une photo au pied d’immenses rhododendrons.

Une ligne droite plus loin et nous passons l’arrivée, rejoints par Jayson et Anthony.

Je ne suis pas particulièrement fan des médailles mais quand je vois le regard des enfants, tellement fiers, je ne dis que les organisateurs ont bien fait.

Les douches ou le lac nous permettront de faire redescendre la température avant de nous retrouver à La Nautique où nous attend un délicieux goûter et de quoi nous désaltérer.

Cette journée fera partie des moments magiques grâce à nos capitaines, Alexia, Anthony, Timéo et Jayson. A la générosité et l’enthousiasme de nos coureurs, merci à Alicia, Sandrine, Réto, Vincent, Philippe, Boris, Moïse, Bruno, Guillaume, Dimitri, Aurélien, Jovan et Damien. Vous êtes tous incroyables, nous avons de la chance de pouvoir compter sur vous.
Un giga merci à Jean-Pierre qui a accepté de troquer ses baskets pour son vélo, sa caméra et même un drône. Nous avons hâte de partager avec vous le film de notre balade.
Merci à l’organisation et plus particulièrement à Stéphane pour leur soutien et leur énergie dans ce beau projet d’Ecotrail.

Encore quelques semaines d’entraînement et nous retrouverons les pentes de Chamonix pour la dernière course avant le départ pour le Pérou !



Carole